Projet pédagogique

 

La capoeira : une école de la vie

Bien que nécessitant des qualités physiques comme la souplesse, la rapidité, l’agilité, tout le monde peut apprendre la capoeira. Pendant les entraînements et dans la roda, tous les niveaux travaillent ensemble.

Chacun doit s’adapter au jeu de l’autre, sans mépriser le débutant qui peut, au contraire, beaucoup lui apprendre.
L’intégration dans un groupe aide l’individu à se remettre en question, à dépasser sa timidité, à se socialiser.

Le jeu lui-même fait appel à l’écoute de l’autre. L’idée du « groupe », notion fondamentale dans le monde de la capoeira reste essentielle.
Le jeu des capoeiristes c’est avant tout un échange, communiquer avec les autres par le chant et par l’expression corporelle.
Le jeu a lieu au centre de la roda, espace circulaire délimité par les participants et les instruments de musique que sont le berimbau, le pandeiro et l’atabaque.

Les chants entonnés par le leader et repris par les participants de la roda qui ponctuent l’action et donnent le rythme au jeu. Il n’y a pas de capoeira sans musique et c’est tout le groupe qui crée cette énergie positive pour faire vivre le jeu.


La capoeira c’est aussi l’ouverture à la musique par l’apprentissage de rythmes.


La musique loin d’être un simple support pour le jeu, en fait partie intégrante ; C’est l’une des caractéristiques principales qui fait l’originalité de la capoeira en comparaison des autres arts martiaux.

L’apprentissage du rythme fait donc partie de la formation des capoeiristes.
Différents rythmes sont joués avec le Berimbau.
Avec l’atabaque et le pandeiro, il est possible de jouer différentes frappes qui distinguent la capoeira du maculélé ainsi que de la samba qui font partie intégrante de la capoeira.
Jouer la capoeira c’est aussi développer des qualités de maîtrise de soi et de respect des autres.
Contrairement aux autres arts martiaux, hormis le fait qu’il existe des grades, il n’existe pas de catégories de pois. Les élèves s ‘entraînent et jouent dans la roda ensemble, débutants et confirmés, l’entraide étant de mise. La maîtrise d’une situation au sein de la roda face à l’agressivité par exemple, peut tout aussi bien s’appliquer à la vie quotidienne.
Apprendre à jouer la capoeira … C’est apprendre à connaître une page d’histoire, qui est celle de l’esclavage.

Pratiquer la capoeira c’est aussi s’intéresser à son histoire.

C’est une création des esclaves, synthèse de danses, luttes et rituels africains. Les maîtres d’esclaves voyaient dans cette activité une innocente « brincadeira » de l’Angola (amusement, plaisanterie), l’Angola était la principale région d’origine des esclaves. Bien au contraire, le jôgo (le jeu) était pour les esclaves une lutte masquée sous une forme dansée, une arme tant physique que culturelle.